ASSOCIATION  AMICALE FRANCO-POLONAISE du VAR
Association Loi de 1901

4 cité Montéty
Bd Commandant Nicolas
83000 TOULON

NOUVEAU LOGO

 

L'amicale franco-polonaise du Var a proposé, le samedi 8 juin 2013 une visite guidée d'une durée de 2 heures de la ville de TOULON sous la conduite de madame INA BERATO guide officiel.

Organisée en liaison avec l'office de tourisme de toulon, cette visite intitulée "à la découverte de l'histoire de Toulon" a permis à la vingtaine de participants de plonger au coeur d'un passé maritime et historique dense.

Ina BERATO  a expliqué (documents, images, photos à l'appui) que les fortications d'origine de TOULON dataient du Moyen-Age et qu'elles ont été successivement agrandies sous Henri IV, Louis XIV pour l'Arsenal et Napoléon III.

TOULON, ville toute en longueur (tout long) coincée entre la mer et le Mont Faron a connu, à différents âges, de multiples rebondissements : la création de "La Royale" par Richelieu en 1631, l'installation des galères sous Louis XIV puis du bagne et ses fameux forçats arrivant à la "chaîne" auxquels Victor Hugo et d'autres auteurs s'intéresseront. L'invasion des Anglais vers 1793 qui vaudra à Toulon d'être débaptisée "Port de la Montagne" pour sa trahison et les bombardements de la seconde Guerre mondiale auxquels on doit l'immeuble "la frontale" du port qui ne fait pas l'unanimité....

Hormis les grands évènements historiques, Puget a vu naître des personnages devenus célèbres : le sculpteur Pierre Puget (notre Michel-Ange Provençal), auteur des fameux Atlantes qui soutiennent le porche de la mairie du Carré du Port ;  Jules Muraire, plus connu sous le nom de RAIMU, dont la plaque figure rue Anatole France "là où il est né" et représenté en statues, fresques et partie de cartes sculptée à travers les rues du centre ancien.

Quant aux mythes "Non, les forçats n'avaient pas de boulet au pied mais ils étaient enchaînés par deux. Et non, il n'ont pas bâti la digue au prix de leur vie". Celle-ci ayant été construite en 1876, bien après la disparition du bagne de Toulon. Quant à l'Opéra, il n'est pas non plus de Charles Garnier mais de Feuchères "pour s'en souvenir, il faut penser à l'expression Peuchère".


L'amicale remercie madame Ina BERATO pour la qualité de ses commentaires et la qualité de sa visite qu'elle a menée sans compter son temps, pour le plus grand plaisir des participants qui espèrent bien, prochainement, suivre à nouveau ce guide professionnel dans une autre visite et pour d'autres histoires.

Voici quelques photos de cette visite.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement